Logo INRS
Français
Version imprimable
Logo Planète INRS

Un diplômé facilite l'innovation canadienne et son exportation

Réseauter pour innover
14 May 2014 // by Bruno Geoffroy

« Les réseaux, c’est un peu comme les REER, c’est avec le temps que cela rapporte », croit Guillaume Côté, coprésident du Réseau INRS et diplômé du Centre Urbanisation Culture Société de l'INRS en 2007. À l’autre bout du fil, un spécialiste enthousiaste du réseautage à caractère scientifique et technologique. Son expertise, il la met à profit dans son travail au ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada.

 

 « L’avenir économique du pays tient beaucoup à notre capacité à innover », croit Guillaume Côté, directeur adjoint de la division science, technologie et innovation de ce ministère depuis l’automne 2013.

 

Guillaume Côté gère une équipe de six personnes. Au quotidien, ils favorisent la commercialisation des innovations canadiennes et participent à l’essor de nos PME à l’étranger en les appuyant dans l’accès à de nouveaux marchés, à des partenaires et à des technologies, ou dans la mise en relation avec des experts. Guillaume entend également favoriser la mise sur pied de consortiums internationaux. « Sur des projets touchant aux nanotechnologies ou à l’impression 3D, on pourrait favoriser, par exemple, les liens entre le Canada et l’Allemagne et faire travailler ensemble des universités, des centres de recherche spécialisés, des PME et de grandes entreprises des deux pays. En fait, poursuit-il, je joue un rôle de facilitateur pour les entreprises canadiennes intéressées à faire de la recherche et du développement qui mènera à des innovations. Une grande part de mon travail, c’est de faire le réseautage pour les autres! »

 

Un réseautage qui demande un bon carnet d’adresses, de l’ouverture et de l’entregent, mais surtout une intime connaissance des maillages existants entre les universités, les entreprises et les gouvernements dans des secteurs très pointus comme l’aérospatial, les sciences de la vie ou les technologies de l’information.

 

En outre, son équipe et lui sont régulièrement chargés de « briefer » des ministres ou de hauts fonctionnaires sur des occasions de développement  dans des secteurs à forte valeur ajoutée, histoire de faire la promotion de l’expertise canadienne lors de leurs déplacements officiels à  l’étranger.

 

Rassembleur d’idées

Après un baccalauréat en science politique à l’Université Laval et une année passée à l’Université de Lausanne en Suisse dans le cadre d’un échange étudiant, Guillaume Côté pose ses valises à l’INRS avec une ferme intention : élargir ses horizons. Les programmes en études urbaines offerts au Centre Urbanisation Culture Société le satisfont si bien qu’il y passe six ans, de sa maîtrise à son doctorat, fait en cotutelle à l’Université de Toulouse en France.

 

« Lors de mon passage à l’INRS, j’ai étudié et décortiqué les politiques de soutien aux industries de hautes technologies dans les métropoles. » Aujourd’hui, tout ce travail de compréhension lui permet de piloter ses mandats professionnels avec une grande finesse.

 

Au-delà des connaissances acquises et des compétences développées à l’INRS, Guillaume Côté en retient un état d’esprit, une rigueur qui l’habite toujours. Confronter les idées et les points de vue, apprendre à traverser les frontières universitaires ou à mener ses idées jusqu’au bout sont quelques-uns des enseignements laissés par son directeur de thèse, Daniel Latouche, aujourd’hui professeur retraité. Un mentor très humain, avec un petit côté « rentre dedans » dont se souvient avec plaisir le diplômé : « Au doctorat, il remettait souvent en question mon travail pour me forcer à argumenter et à en faire émerger le meilleur. Il se faisait vraiment l’avocat du diable! » Aujourd’hui, Guillaume emploie ce même processus créatif, nourri par les discussions, pour cristalliser les meilleures idées de son équipe.

Guillaume Côté INRS diplôméGuillaume Côté INRS diplômé

Un pour tous et tous pour un

 « La force des réseaux, c’est de créer des possibilités, des occasions. Les gens d’affaires le comprennent très bien. Ce n’est pas forcément le cas des personnes issues des sciences sociales ou des sciences dures », soutient Guillaume Côté. Avec le regroupement des diplômés de son alma mater, le Réseau INRS, qu’il souhaite dynamique et vivant, le coprésident entend bien y remédier.

 

Selon lui, « l’organisation d’activités trois à quatre fois par an comme des 5 à 7, informels et légers, représente des occasions uniques de tisser des liens et de renforcer le sentiment d’appartenance. Pour les nouveaux diplômés, le réseau peut faciliter l’accès à l’emploi ou donner des idées sur ce que l’on peut faire avec un diplôme de l’INRS ».

 

Reste qu’il faut retrouver et regrouper les « anciens diplômés » pour consolider le réseau, un défi de longue haleine déjà entamé. D’ici cinq ans, il espère un rythme plus soutenu d’activités comme les visites d’usines initiées récemment, ou des événements spéciaux pour les diplômés et leurs amis.

 

« Il faut que cela devienne un réflexe chez les nouveaux diplômés de construire leurs réseaux, rappelle le spécialiste de l’innovation. Les nouvelles idées, ce sont les gens qui les amènent et c’est en se regroupant qu’il devient possible de les mener à terme. » À ce titre, un réseau n’a pas de prix. ♦

 

Réseau INRS

Profil LinkedIn de Guillaume

Ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

 

You liked this article? Share it.

Share

 


Contrat Creative Commons« Un diplômé facilite l'innovation canadienne et son exportation : Réseauter pour innover  » de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en contactant la rédaction en chef. © Institut national de la recherche scientifique, 2014 / Tous droits réservés / Photos © Christian Fleury

Latest articles

Urbanisation Culture Société

Webzine

Mieux répartir les brigadiers pour la sécurité des écoliers ...

Webzine

Une diplômée étudie les territoires de la production de « pot » au Québec ...

Webzine

Des aménagements urbains adaptés aux piétons âgés… et aux autres! ...

Webzine

Surplus et surqualification des travailleurs canadiens en 2031 ...

Webzine

Cohabitation interethnique dans les quartiers de classe moyenne ...

Webzine

Les tables de quartier montréalaises, un modèle unique qui inspire d'autres pays ...