Logo INRS
Français
Version imprimable
Logo Planète INRS

Federico Rosei, titulaire d'une première chaire de l'UNESCO sur l'énergie

Une Chaire et des hommes
16 April 2014 // by Bruno Geoffroy

« Une décennie pour rendre les énergies renouvelables accessibles à tous » : l’ONU mobilise la communauté internationale avec son objectif de la décennie 2014-2024. Àl’INRS, cette idée ambitieuse s’est concrétisée le 10 avril dernier avec le lancement montréalais de la Chaire de l’UNESCO sur les matériaux et les technologies pour la conversion, l’économie et le stockage de l’énergie (MATECSS) en présence de nombreux dignitaires et scientifiques, dont John C. Polanyi, lauréat d’un prix Nobel de chimie. Aux commandes pour quatre ans, le directeur du Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS et instigateur de la Chaire, Federico Rosei.

 

« Tout est à construire, à bâtir de zéro », se réjouit Federico Rosei. Pour donner accès à tous aux énergies renouvelables, la Chaire MATECSS (Materials and Technologies for Energy Conversion, Saving and Storage) mise sur une coopération scientifique et technique entre les centres Énergie Matériaux Télécommunications et Eau Terre Environnement de l’INRS et des universités d’Afrique, des Amériques et d’Asie (Afrique du Sud, Algérie, Maroc, Nigéria, Costa Rica, Mexique, Inde, Chine, Vietnam).

 

Exceptionnelles, ces collaborations Nord-Sud et Sud-Sud faciliteront l’accès aux sources d’énergie renouvelables pour les habitants de pays en développement. Une nécessité contemporaine, car selon l’ONU, un milliard et demi de personnes ne disposent toujours pas d’électricité et plus de trois milliards sont encore tributaires de la biomasse traditionnelle et du charbon pour cuisiner et se chauffer.

 

Pour Federico Rosei, expert en matériaux nanostructurés, « il faut voir la Chaire MATECSS comme un réseau de partenaires à l’échelle internationale coordonné par l’INRS. Au Centre, nous avons une belle expertise en matériaux de pointe, en nanotechnologies, en photonique ultrarapide (application pour le solaire) et dans le domaine de l’énergie durable (batterie, stockage, etc.). La participation des professeurs du Centre Eau Terre Environnement consolidera nos expertises dans les domaines de l’énergie solaire, de l’éolien et de l’hydroélectrique ».

 

Un pont entre les continents

« Le vrai mandat de l’université, c’est de former. Former cette jeune génération de scientifiques qui vont retourner, forts de leur expertise, dans leurs pays d’origine », précise Federico Rosei. Concrètement, des doctorants originaires de pays en développement et sélectionnés dans les universités partenaires viendront s’instruire principalement au Centre Énergie Matériaux Télécommunications, qui a pignon sur rue à Montréal et à Varennes, et ce, grâce à l’obtention de bourses d’études et d’aide financière attribuées par la Chaire MATECSS.

 

« On souhaite implanter un modèle de doctorat en bidiplomation. La formation sur les technologies énergétiques se déroulerait à l’INRS pendant deux ans et les stages dans des établissements du Sud pendant une durée équivalente », mentionne le professeur Rosei. Véritables liaisons entre l’INRS et ses partenaires, les étudiants assureront un transfert technologique efficace.

 

Dans le cadre de ses activités, la chaire MATECSS accueillera des chercheurs et professeur invités pour des ateliers destinés aux étudiants. Des webinaires sont prévus pour privilégier l’enseignement à distance et les professeurs de l’INRS pourraient même, ponctuellement, enseigner dans un pays partenaire lors d’activités internationales.

Impact positif pour les pays en développement

« Au Centre Énergie Matériaux Télécommunications, nous avons depuis longtemps cette culture d’accueil d’étudiants étrangers, d’ouverture à l’international. La Chaire s’appuiera sur ces fondations. » À entendre le professeur Rosei, on comprend que les défis à relever seront plus d’ordre scientifique qu’humain ou culturel !

 

Mais quant est-il des objectifs scientifiques de la Chaire MATECCS? En fait, ils seront différents d’un pays à l’autre puisque « définis en concertation avec les partenaires selon leurs besoins locaux, explique Federico Rosei, car l’idée de la chaire MATECSS est d’avoir un impact dans la vie des gens vivant dans les pays en développement ».

 

Le professeur Rosei me montre une photographie de la Terre prise de nuit. Sur le planisphère, la quasi-totalité du Sud est plongée dans l’obscurité. « Pensez-y : la nuit, toute activité humaine est réduite dans ces pays, souligne-t-il. Donner accès à l’électricité localement peut favoriser l’émergence de l’éducation (études le soir) et changer toute une société. »

 

S’adapter à la réalité locale et technologique est donc une nécessité, un beau défi intellectuel en soi. « On oublie parfois que la recherche est basée sur les idées et non sur les coûteux outils technologiques dont nous disposons dans les pays du Nord. La recherche devra se faire différemment », rappelle Federico Rosei.

 

Donner au suivant

Transmettre à la génération suivante et redonner à la communauté anime Federico Rosei depuis 25 ans. Une empreinte indélébile laissée par son passage, à l’époque de son adolescence, au United World College de l’Adriatique, en Italie. L’objectif de cet établissement scolaire est d’inspirer les étudiants à créer un avenir plus durable et plus pacifique. La Chaire MATECCS s’inscrit dans cette philosophie de vie.

 

Federico Rosei regarde déjà loin devant lui, vers un horizon de 30 ans pour être précis. « Dans mon esprit, la Chaire est un premier pas vers un centre de formation et de recherche opéré en partenariat avec des pays du Sud et qui s’intéresserait à trois grands axes : énergie, environnement et santé. Avec la Chaire MATECSS, je commence par l’énergie. Simplement. » ♦

 

Site officiel de la Chaire MATECSS

Suivre la Chaire MATECSS sur Twitter

Sur la Chaire MATECSS (site de l'INRS)

You liked this article? Share it.

Share

 


Contrat Creative Commons« Federico Rosei, titulaire d'une première chaire de l'UNESCO sur l'énergie : Une Chaire et des hommes » de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en contactant la rédaction en chef. © Institut national de la recherche scientifique, 2014 / Tous droits réservés / Photos © Christian Fleury

Latest articles

Énergie Matériaux Télécommunications

Webzine

Procédé électronique bon marché, écologique et sécuritaire en sciences des matériaux ...

Webzine

Un diplômé invente un système d'analyse du son pour améliorer l'audition des malentendants ...

Webzine

Un diplômé innove dans une PME spécialisée en nanomatériaux ...

Webzine

Créer le réseau 5G ...

Webzine

Des antennes nouveau genre pour contourner la pénurie de fréquences radio ...

Webzine

L'éthanol issu des résidus organiques, une source d'énergie pour l'électronique portable ...